mardi 21 juillet 2009

Le Jazz V (1950-now) : et maintenant ?

Depuis les années 50, il est difficile de classifié le courant de jazz dans lequel nous nous trouvons... peut-être manquons-nous un peu de recul ?


Ray Charles - Mess Around

Bien sûr, les artistes de la sphère bebop n'ont pas disparus comme ça. Oscar Peterson est décédé en 2007, et un grand pianiste s'en est inspiré : Michel Petrucciani (mort en 1999). Vous connaissez également tous le grand Ray Charles, un des jazzmen les plus populaires, notament grace au film qui lui a été dédié, Ray. Bien que connu, il n'appartient à aucun répertoire particulier, sa musique mélangeant le middle-jazz, le bebop, le gospel, la soul, et certains de ces morceaux repiochent dans le boogie-woogie, et nous font penser au Rock'n'Roll qui suivra, dans les années 50.

Stefano Bollani - Tico Tico No Fuba
(soyez patients jusqu'à 1'15)

À l'heure actuelle, de grand artistes continuent de faire briller l'esprit du jazz, tels que les pianistes Brad Mehldau ou Stefano Bollani, les contrebassistes George Mraz (ayant accompagné Oscar Peterson, d'ailleurs !) ou Lee Konitz. Ce ne sont pas les talents qui manquent !

Stefano Bollani, un pianiste incroyable

Mais l'heure est également au mélange des genres. Le jazz est repris, modifié, mélangé, fusionné avec des styles de musiques divers, donnant naissance à l'électro-jazz (Saint-Germain), l'acid-jazz (Jamiroquai), l'afro-jazz (Malcolm Braff), l'électro-swing (Caravan Palace), et bien d'autres encore.


Malcolm Braff fait dans l'afro-jazz (physiquement aussi !)

Alors bien sûr, je n'ai pas pu balayer l'intégralité du jazz en 5 articles. Je n'ai pas parlé du jazz manouche (Django Reinhard), du gospel (Golden Gate Quartet), de la soul, de la funk (The Meters), et des centaines d'artistes tous aussi incroyables les uns que les autres manquent à l'appel. Mais cela sera repris en main dans les futurs articles, plus détaillés. J'espère que cette histoire vous aura aidé à cerner ce qu'est le jazz, et comment il évolue.

Aucun commentaire: