samedi 19 septembre 2009

Un tour au Washington Square

Certains d'entre vous le savent : je viens de passer 3 mois dans la grande Pomme, New-York City, la ville du jazz !

Je n'ai pas eu le temps de faire le tour des clubs de jazz de la ville, aussi je me suis limité au plus connu d'entre eux : le Blue Note, où j'ai pu écouter (avec énormément de plaisir) le légendaire contrebassiste Charlie Haden, accompagné du fabuleux pianiste bebop Kenny Barron. Leur répertoire est toujours le même depuis 15 ans, et vous pouvez le découvrir sur leur album en duo "Night in the City". Cette soirée fut une des plus belles de ma vie : un son à couper le souffle, une proximité incroyable du public avec les joueurs (les plus proches pouvaient leur embrasser les pieds) et surtout un jeu superbe. Celui de Charlie Haden restait très sobre : pas d'embardées sur les double croches, mais des walking et two-beats très classiques. Pour sa part, Kenny Barron s'inspirait de la méthode de jeu noire-américaine, à la façon d'Eric Reed, mais on pouvait aussi entendre des phrasés à la Peterson ou Petrucciani. Le tout rendait formidablement bien.

Dans l'ambiance feutrée du Blue Note, difficile de faire de bonnes photos...

Contrairement à ce que je pensais, ce n'est pas dans ce club que j'ai fais les plus grandes découvertes musicales, mais dans la rue. Dans le quartier de Greenwich Village se trouve un parc très sympa : le Washington Square. Pas très grand, caractérisé par sa fontaine et son petit arc de triomphe, sa particularité est de se trouver en plein cœur de la NYU (New-York University) qui doit comporter une section musicale, puisqu'à n'importe quelle heure du jour, sous réserve qu'il fasse beau, on y trouve forcément un petit trio ou quartet d'amateurs de jazz. Les instruments les plus régulièrement présents étaient la batterie, la contrebasse, accompagnées d'une trompette ou d'un saxophone. Ils y viennent partager leur passion, mais également leurs morceaux (qu'ils soient créés ou repris) afin de faire la publicité pour leur album financé par la Park Foundation, une association qui repère les jeunes joueurs pour les aider à émerger !

Un groupe du Washington Square

Bref, c'était pour moi un réel plaisir que de me rendre dans ce petit parc par jour de beau temps, de me poser sur un banc, et de profiter de ces jeunes talents. Ca donne envie d'aller chercher son instrument, et de jouer avec eux... ce que je n'ai pas fait car la contrebasse était déjà prise... et un piano ne se transporte pas facilement !

Une autre fois, en plein de coeur de Times Square qui, rappelons le, est en train de devenir piéton, jouait le quintet de Ed Jackson, un trompettiste (qui s'amusait à jouer avec deux trompettes en même temps !). Je me suis assis dans une des multiples chaises longues vertes qui tapissaient le sol devant le groupe, et j'ai écouté leurs reprises pendant environ trente minutes. C'était magique : un concert de jazz au milieu des rues surpeuplées et des bruits assourdissants des voitures et des métros. Après avoir entendu leur version de Billie's Bounce, un grand classique, j'ai acheté leur CD, et ai papoté quelques minutes avec "Ed". Il m'a proposé de les accompagner à la contrebasse, offre que j'ai décliné : je ne suis pas assez expérimenté pour me lancer dans un buff en plein milieu du quartier le plus peuplé de New-York !

Le quintet d'Ed Jackson à Times Square

Bref, cette ville fut pour moi l'occasion découvrir que la musique aux USA n'est pas comme en France : on en joue partout dans les rues, les clubs de jazz pullulent, c'est génial !

Aucun commentaire: